Patrick Alonso - 514.996.7479 - patalon@gmail.com

Alt Text PATRICK ALONSO

for I.J.F.L.W. (2011-2014)

The work, a collection of photographs taken mostly in Montreal is titled “I Just Felt Like Walking”. It is composed of simple observations, simple photographs, captured without artifice during my wanderings throughout the city’s varied neighbourhoods.

Albeit a cliché way of putting it, in the beginning what started out as a pretext for exploring the city, an excuse to wander without a precise destination, I perceived these images as a sort of visual memory. Living in the midst of a city currently undergoing a savage wave of gentrification, I like to have photos of a particular intersection, a building or a façade.

In its virtual presentation on Tumblr, the photographs appear as a mass on one single never-ending page, they are not edited and are in chronological order. I feel that the shear number of images adds meaning to the project, in its constant expansion we start to detect subtle information about Montreal’s urban form, on the evolution of its neighbourhoods and what use we make of them.

In their totality, the photographs are also a reflection of my own approach to the medium. I tend to let the images come to me instead of hunting for them. I prefer a purer aesthetic, stripped of artifice. I’m not interested in pushing my interpretation on the subject through framing or manipulation, I prefer, or I hope, that the viewer will let his own bring his own interpretation to the work.

 

Version française

Le travail, une collection de photographies prise à Montréal s’intitule « I Just Felt Like Walking ». Il s’agit de simples observations, capturées avec aussi peu d’artifice que possible lors de mes déplacements d’un point à l’autre via les différents quartiers de la ville.

Étant, au tout début, un prétexte d’exploration, une raison pour vagabonder dans la ville sans but précis, c’est un peu cliché de dire que je percevais ces photos comme une sorte de mémoire visuelle, mais pour autant vrai. Dans une ville qui connait un vague plutôt sauvage d’embourgeoisement, j’aime me rappeler l’anatomie passée d’une intersection, d’un édifice, d’une façade.

Dans sa structure virtuelle sur Tumblr, je présente ces images de manière non éditée et en ordre chronologique. La présentation elle-même, avec toutes les photos défilant en grands nombres sur une seule page, ajoute une signification additionnelle au projet. Au travers le nombre exponentiel de photos, nous pouvons déceler des informations sur la forme urbaine de Montréal, sur l’évolution de ses quartiers et l’utilisation que nous en faisons.

Dans leurs totalités, les photographies sont également un reflet sur mon approche photographique. J’ai tendance à laisser les images venir à moi plutôt que de les rechercher, je préconise une esthétique photographique pure, dénudée d’artifices. Je n’essaie pas de pousser mon interprétation du sujet au travers le cadrage, mais plutôt, j’espère, que le spectateur pourra y coller sa propre interprétation.